Nº. 1 of  2

♛ ℣ℹÅⓉⅠℚ℧∑ ♛

☛ Plants are human being ☜

Douleurs articulaires

Les douleurs articulaires

Définition

Les rhumatismes articulaires représentent le terme médical des douleurs articulaires. Ils correspondent à des inflammations douloureuses des articulations. D’autres termes comme la crise de goutte, l’arthrite, l’arthrite rhumatoïde, l’arthrose, la polyarthrite et d’autres encore sont également employé selon les situations pour qualifier ces troubles sanitaires et ils peuvent être aigus ou chroniques.


Quelle méthode est généralement utilisée pour traiter les douleurs articulaires ?

Les traitements médicamenteux classiques, antalgiques et anti-inflammatoires principalement, apportent  un certain soulagement temporaire aux arthritiques en masquant les douleurs. Ils permettent de traiter la conséquence de la maladie, à savoir la douleur, mais en aucun cas de résoudre les véritables causes.

La prise ponctuelle de médicament peut apporter un soulagement mais elle n’offre pas une vraie réponse. Il faut par conséquent éviter d’en prendre fréquemment car le bénéfice est mince (atténuation temporaire de la douleur) et les désagréments possibles nombreux (fatigue, troubles digestifs, nausées, étourdissements, états dépressifs…). De manière simple, prendre des médicaments pour masquer la douleur sans réduire les causes du problème est responsable de la poursuite de la dégradation de l’état global de l’organisme avec l’apparition de nouveaux signes visibles plus ou moins rapidement.


Quelles sont les causes des douleurs articulaires ?

Pour soulager les douleurs articulaires, comme pour toute autre maladie, il faut résoudre les causes du problème qui résident essentiellement dans nos mauvaises habitudes de vie. La véritable cause de ce problème sanitaire s’appelle la toxémie. Elle correspond à la quantité de toxines qui se trouvent dans l’organisme à un moment donné. Les cellules sont sensibles à la présence de molécules toxiques. Pour protéger les cellules de ses organes vitaux lorsque la toxémie augmente, l’organisme dirige certaines toxines dans des lieux de stockage temporaire. Dans le cas des arthritiques, c’est de l’acide urique principalement ainsi que d’autres acides qui sont stockés dans les articulations sous forme de cristaux.


Que se passe-t-il ?

Les toxines proviennent de l’extérieur de l’organisme par l’alimentation, la pollution… Elles ont aussi une origine interne due le fonctionnement normal des cellules. Pour faire une explication simple : l’organisme cherche à éviter l’empoisonnement pour préserver son intégrité.  Dans un premier temps, le foie neutralise beaucoup de molécules toxiques et celles-ci sont ensuite éliminées par les organes excréteurs qui filtrent le sang (principalement les reins mais aussi le foie, les poumons, la peau).

Lorsque les toxines sont plus rapidement produites et ingérés que les capacités que possède notre corps à les éliminer, la toxémie augmente. Trois facteurs sont responsables de ce phénomène :

                     L’augmentation de l’apport de toxines d’origine externe et/ou celle de la production de toxines interne par une activité cellulaire plus importante (digestion, stress, activités physique intenses…).

                     La diminution de la capacité de neutralisation et d’épuration des organes excréteurs. Leur capacité de travail s’atténue parce que le corps est en carence d’éléments vitaux (vitamines, sels minéraux et oligo-éléments) indispensables au fonctionnement des cellules mais aussi parce que le surmenage qu’ils subissent depuis de nombreuses années pour préserver l’organisme provoque leur affaiblissement.

                     La diminution de la quantité d’énergie dont le corps dispose. Le déficit énergétique, appelé état d’énervation, ne permet plus à l’organisme de réaliser correctement toutes ses fonctions parmi lesquelles se trouvent la fonction d’élimination. Cette dernière faiblit et par conséquent la toxémie augmente.

Dans tous les cas, le résultat est une élévation du taux de toxines dans l’organisme. Chez les personnes souffrant de douleurs articulaires, de nombreuses toxines, dont l’acide urique, ne peuvent pas être éliminées se retrouvent stockées dans les articulations jusqu’au moment où l’organisme retrouve sa capacité à les éliminer.


Comment obtenir des améliorations sanitaires ?

Pour obtenir des améliorations sanitaires et tenter de faire disparaître les douleurs articulaires, nous devons jouer sur trois plans pour diminuer la quantité de toxines dans l’organisme et permettre le nettoyage des articulations. D’abord, nous diminuerons les apports de toxines et de réduirons la quantité produite par les cellules. Ensuite, nous offrirons la possibilité aux organes excréteurs d’avoir une activité moins intense et nous fournirons à l’organisme plus d’éléments vitaux. Enfin, nous permettrons à l’organisme d’obtenir un regain énergétique.

Tout cela peut paraître très complexe mais pour obtenir des résultats nous devons dans un premier temps modifier certaines habitudes alimentaires car l’alimentation est un paramètre majeur qui permet d’atteindre l’atténuation ou la disparition des douleurs articulaires. Le repos, le sommeil, la pratique d’activités physiques appropriées, la gestion du stress et des émotions ainsi que d’autres composantes favorisent l’amélioration car l’organisme représente un tout, une globalité. De nombreuses petites choses mises bout à bout finissent par donner un grand changement synonyme d’une diminution des douleurs et d’une meilleur qualité de vie.


Comment s’y prendre ?

Adopter une alimentation saine et adaptée, pauvre en toxines et surtout en acide urique qui est le principal responsable des douleurs articulaires. Respecter les associations alimentaires compatibles ou neutres pour restreindre le travail digestif donc économiser de l’énergie, et pour limiter la production de molécules toxiques issues d’une mauvaise digestion. Une alimentation saine permet également de combler les carences en vitamines et sels minéraux que vous pouviez avoir, ainsi que le déficit en oméga 3.. Le repos, les activités physiques adaptées, la gestion du stress et des émotions permettent d’amplifier le regain énergétique de votre corps et de limiter un peu plus la production de toxines. Le regain d’énergie obtenu et les apports moindres de toxines vont soulager le travail des organes excréteurs (foie, reins, peau, poumons) qui  seront plus efficaces. Cette situation va permettre d’abaisser la toxémie. Un mode de vie plus sain va permettre au corps de se reposer. Par conséquent, il va commencer à déstocker les dépôts d’acide urique et d’autres toxines dans les articulations. Ces toxines sont ensuite diriger par la circulation sanguine vers le foie pour être neutraliser puis vers les reins pour finalement être évacuer à l’extérieur du corps. La diminution des dépôts de toxines dans les articulations va s’accompagner d’une diminution des douleurs dont elles sont responsables.

Dans cet article, je vais principalement développer le thème de l’alimentation qui représente un pilier fondamental pour maintenir une bonne santé ou pour obtenir un meilleur état de santé.


Quels sont les mauvais aliments ?

Les personnes souffrantes de douleurs articulaires doivent limiter ou éliminer les aliments qui apportent le plus de toxines, ceux qui favorise le plus le développement d’états de carence ainsi que les aliments les plus difficile à digérer.

L’acide urique provient du métabolisme des purines, c’est-à-dire que dans notre corps les purines contenues dans les aliments subissent des transformations et produire de l’acide urique qui est un déchet devant être éliminer.  Les aliments les plus riches en purines sont :

                      Le thé, le café, le chocolat ;

                      Les produits animaux : viandes et surtout les abats, poissons, fruits de mer, charcuteries et tous les autres produits transformés industriellement en contenant ;

                      Les légumes secs (soja, fèves, pois cassés, lentilles…).

Les aliments difficiles à digérer, à métaboliser et ceux provoquant des carences sont :

                     Le thé, le café, le chocolat et les produits contenant des alcaloïdes qui sont des molécules toxiques et généralement excitantes pour les cellules donc qui dispersent de l’énergie et qui aboutissent à la production de déchets ;

                      Les produits animaux qui apportent beaucoup de substances toxiques que le corps doit éliminer. De plus, ils contiennent souvent de graisses saturées qui  favorisent les réactions inflammatoires ;

                      Les céréales raffinées : pain blanc, pâtes blanches, riz blanc participent à l’installation de carences ;

                     Le sucre surtout si c’est du sucre blanc. Son métabolisme produit de nombreuses molécules acides et sa consommation est à l’origine de carences en sels minéraux (calcium principalement) ;

                       Le sel de cuisine ;

                 Les huiles riches en oméga 6 (maïs, tournesol) et les huiles de friture. Ces corps gras sont souvent retrouvés dans les produits industriels. Notre alimentation est trop riche en oméga 6 précurseur entre autres de molécules pro-inflammatoires et elle est pauvre en oméga 3 qui permettent à votre corps de fabriquer des molécules anti-inflammatoires ;

                      Les légumes secs sont difficiles à digérer de par leur composition riche et complexe en glucides, lipides et protéines. Leur digestion peut demander jusqu’à 5 heures ;

                    L’alcool en général car l’éthanol est toxique pour l’organisme. Son métabolisme consomme des minéraux et des vitamines, participant ainsi à l’établissement de déficit  et il produit de nombreuses substances acides que le corps tente d’éliminer ;

                     Les épices en général puisqu’elles sont stimulantes donc dispersent de l’énergie et apportent des molécules toxiques.

En lisant ces lignes beaucoup vont penser qu’il ne leur reste plus grand chose à manger. Il n’en est rien car une alimentation saine correspond à l’équilibre acido-basique permettant au corps de bien fonctionner. Elle peut donc contenir des aliments mentionnés précédemment tant qu’elle reste équilibrée.

  

Voici quelques règles pour l’alimentation des personnes arthritiques :

                      Dans le but de favoriser un regain d’énergie, il faut éviter la suralimentation car des repas copieux consomment beaucoup d’énergie et occasionnent une surcharge de travail aux organes excréteurs.

                   Supprimer le sucre blanc. Si vous souhaitez consommer du sucre, utilisez du miel ou du sucre complet.

                      Supprimer la farine blanche et la remplacer par de la farine semi-complète ou T80. Lorsque vous achetez des pâtes, du riz ou du pain, privilégiez le demi-complet car ils apportent des sels minéraux et des vitamines mais ils ne contiennent plus le son qui est irritant pour la muqueuse intestinale.

                     Diminuer la quantité de produits animaux consommés car ils apportent des purines et qu’ils sont liés à la surconsommation de protéines comme ce sont des aliments qui en contiennent beaucoup. 

                      Diminuer votre consommation d’alcool. Attention aux alcools forts. Arrêtez de boire de l’alcool l’estomac vide, c’est très mauvais. Si vous souhaiter boire de l’alcool avec modération, prenez de préférence un verre de vin pendant le repas.

                    Eviter de consommer des légumes secs pendant plusieurs mois.

                    Supprimer le plus possible les épices et condiment (poivre, moutarde, piment…). Utiliser les herbes aromatiques (basilic, thym, ciboulette…) ainsi que l’ail, l’oignon, l’échalote pour les remplacer.

                     Diminuer votre consommation de thé, de café et de chocolat. Ils sont particulièrement nocifs car ils sont plus riches en purine que les produits animaux. Il faut tenter de les diminuer au maximum.

                    Privilégier les huiles de première pression à froid. Manger des noix, utiliser de l’huile de colza ou de noix pour leurs apports en oméga 3 qui combleront un peu le déficit tout en atténuant les effets inflammatoires. L’huile d’olive est aussi très bonne.

                     Consommer beaucoup de fruits et de légumes frais.

                     Les graines germées de légumes secs, de céréales ou d’autres espèces sont très intéressantes pour leur richesse en vitamines et en sels minéraux.

                     Eviter le plus possible les gâteaux contenant très souvent du sucre blanc, de la farine blanche, beaucoup de graisses saturées…

                    Respecter les combinaisons alimentaires pour favoriser la digestion qui demandera ainsi moins d’énergie. Ne mélangez pas les fruits avec les autres aliments. Privilégier les légumes verts vont bien avec tous les aliments. Supprimez les desserts en fin de repas.

 

Si vous souhaitez réellement atténuer et faire disparaître vos douleurs articulaires, tous ces conseils vous seront très utiles. Par ce changement d’alimentation, on agit directement sur la cause du développement de la maladie arthritique. Vous sentirez ainsi que votre corps recouvre un meilleur état de santé. L’accompagnement d’une personne compétente vous permettra de réaliser votre transition alimentaire plus facilement. De plus, cette personne répondra à vos questions et vous donnera de précieux conseils en cas de difficultés pour maintenir les changements alimentaires.

 

Pour finir cet article, je vais dire deux mots sur les autres paramètres participant à l’amélioration sanitaire. Le repos permet à votre corps de pouvoir régénérer son énergie et d’avoir plus d’énergie disponible pour l’élimination des toxines puisque de nombreuses fonctions (musculaire, intellectuelle…) sont réduites à leur minimum. L’activité physique adaptée favorise l’oxygénation de l’organisme. Les cellules fonctionnent mieux et leur capacité à éliminer les molécules toxiques augmente. Enfin, la gestion du stress et des émotions fortes libèrent beaucoup d’énergie que l’organisme peut utiliser pour ses fonctions importantes. Apprendre à se relaxer et à évacuer même un petit peu ses tensions est très précieux surtout chez les personnes déjà affaiblies et malades.  

(Source: lagrandeparapharmacie.com)

Classification des fleurs de Bach

(Source: lagrandeparapharmacie.com)

Essences florales de bach

Essences florales de bach

Essences florales de bach

Essences florales de bach

Essences florales de Bach

Essences florales de Bach

Essences florales de Bach

Essences florales de Bach

muguet

muguet

sarrasin

sarrasin

      	 			 		  		 		 		  		 		 			 			 			 			 			 			 			 			 			 	 		 			 				 				 				 				   				 				 				 Sesame oil    			 			Also known as gingelly oil and til  oil. Sesame oil is a very ancient ingredient. The Assyrians, more than  600 years BC, used it as a vegetable oil. It was expensive, however, and  a hundred years later it is recorded as being used only by the rich as  food, ointment and medicine during the reign of King Cyrus of Persia  (559-529 BC).  Still used as a medicine in India, oil pressed from the raw seed  is used as a massage oil in Ayurvedic medicine. In Burma and some parts  of India, sesame oil has long been the universal cooking medium and is  what gives the typical flavour to foods of those regions, although  fairly tasteless in itself. It may be a clear or golden colour compared  to the darker, more aromatic oriental sesame oil used in China, Japan  and Korea, which is pressed from toasted sesame seeds. If gingelly oil  or til oil is unavailable, use the cold-pressed sesame oil from health  food shops mixed with 20 per cent oriental (toasted) sesame oil or use  one part oriental sesame oil to 3 parts other flavourless vegetable oil  such as corn oil, grapeseed oil or light olive oil. This is a reasonable  substitute for the til oil or gingelly oil called for in recipes from  India and Burma.  Asian sesame oil derives its dark amber colour and nutty flavour  from hulled sesame seeds, toasted prior to pressing. It is used in  Chinese and Korean cuisine, not as a cooking medium but generally added  at the end of cooking in small quantities as a flavour highlight.  There  are quite dramatic colour variations in sesame oil, depending on its  source. Cold-pressed sesame oil is almost colourless; sesame oil from an  Indian store (probably labelled gingelly or til oil) is golden; and  sesame oil from a Chinese shop is dark, almost red-brown. Cold pressed  sesame oil, however healthy, has none of the flavour of oriental sesame  oil since it is pressed from raw, not roasted seeds, and will therefore  not produce an authentic result if used in an Asian recipe.  Dark sesame oil, one of the intriguing flavours of the orient, is  the one to use when a recipe from China, Japan or Korea calls for  sesame oil. Oriental sesame oil is popular in Japan as a flavouring oil  for tempura (deep frying) blended with peanut, rapeseed (canola) or  soybean oil in a ratio which varies according to personal taste.
En Français :
L’huile de sésame est un ingrédient très ancien. Les Assyriens, plus de 600 ans avant JC, l’utilisaient comme une huile végétale. Cette huile était chère et n’était utilisée que par les riches comme assaisonnement dans la nourriture, en pommade et comme médicament durant le règne du roi Cyrus de Perse (559-529 avant JC).
Toujours utilisée comme médicament en Inde, cette huile pressée à partir de la graine crue est utilisée comme huile de massage dans la médecine ayurvédique. En Birmanie et dans certaines parties de l’Inde, l’huile de sésame est longtemps restée la principale huile de cuisson. C’est elle qui donne la saveur aux aliments typiques de ces régions, quoique assez insipide en soi. Elle peut être d’une couleur claire ou foncée dorée par rapport à l’huile de sésame plus aromatique orientale utilisée en Chine, au Japon et en Corée, qui est pressée à partir de graines de sésame grillées.

    Sesame oil Also known as gingelly oil and til oil. Sesame oil is a very ancient ingredient. The Assyrians, more than 600 years BC, used it as a vegetable oil. It was expensive, however, and a hundred years later it is recorded as being used only by the rich as food, ointment and medicine during the reign of King Cyrus of Persia (559-529 BC). Still used as a medicine in India, oil pressed from the raw seed is used as a massage oil in Ayurvedic medicine. In Burma and some parts of India, sesame oil has long been the universal cooking medium and is what gives the typical flavour to foods of those regions, although fairly tasteless in itself. It may be a clear or golden colour compared to the darker, more aromatic oriental sesame oil used in China, Japan and Korea, which is pressed from toasted sesame seeds. If gingelly oil or til oil is unavailable, use the cold-pressed sesame oil from health food shops mixed with 20 per cent oriental (toasted) sesame oil or use one part oriental sesame oil to 3 parts other flavourless vegetable oil such as corn oil, grapeseed oil or light olive oil. This is a reasonable substitute for the til oil or gingelly oil called for in recipes from India and Burma. Asian sesame oil derives its dark amber colour and nutty flavour from hulled sesame seeds, toasted prior to pressing. It is used in Chinese and Korean cuisine, not as a cooking medium but generally added at the end of cooking in small quantities as a flavour highlight. There are quite dramatic colour variations in sesame oil, depending on its source. Cold-pressed sesame oil is almost colourless; sesame oil from an Indian store (probably labelled gingelly or til oil) is golden; and sesame oil from a Chinese shop is dark, almost red-brown. Cold pressed sesame oil, however healthy, has none of the flavour of oriental sesame oil since it is pressed from raw, not roasted seeds, and will therefore not produce an authentic result if used in an Asian recipe. Dark sesame oil, one of the intriguing flavours of the orient, is the one to use when a recipe from China, Japan or Korea calls for sesame oil. Oriental sesame oil is popular in Japan as a flavouring oil for tempura (deep frying) blended with peanut, rapeseed (canola) or soybean oil in a ratio which varies according to personal taste.

En Français :

L’huile de sésame est un ingrédient très ancien. Les Assyriens, plus de 600 ans avant JC, l’utilisaient comme une huile végétale. Cette huile était chère et n’était utilisée que par les riches comme assaisonnement dans la nourriture, en pommade et comme médicament durant le règne du roi Cyrus de Perse (559-529 avant JC).

Toujours utilisée comme médicament en Inde, cette huile pressée à partir de la graine crue est utilisée comme huile de massage dans la médecine ayurvédique. En Birmanie et dans certaines parties de l’Inde, l’huile de sésame est longtemps restée la principale huile de cuisson. C’est elle qui donne la saveur aux aliments typiques de ces régions, quoique assez insipide en soi. Elle peut être d’une couleur claire ou foncée dorée par rapport à l’huile de sésame plus aromatique orientale utilisée en Chine, au Japon et en Corée, qui est pressée à partir de graines de sésame grillées.

Huile Essentielle Eucalyptus RadiéIndications sommaires:Nom Latin : Eucalyptus RadiéHuiles essentielles HEBBD (Huiles Essentielles Botaniquement et Biochimiquement Définie)Famille : MyrtacéesProvenance : AustralieOrgane producteur : feuilleType d’odeur : caractéristique, fraîche, qui « dégage les bronches »Usages possibles : A appliquer sur la peau : Oui ++++ (pure sur une petite surface, diluée dans de l’huile végétale en cas d’applications répétées, sur une grande surface ou si la peau est sensible.)A avaler : Oui +++A respirer : Oui +++ON L’APPRECIE PARCE QUE… Parmi toutes les espèces d’eucalyptus (globulus, citronné…), c’est la seule qui soit recommandée pour les petits, dénuée de toute toxicité, sûre d’emploi et qui n’agresse pas la peau. PROPRIETES MAJEURES Antiviral, antibactérienSoutient le système immunitaireDécongestionne les voies respiratoiresExpectorante : favorise l’élimination des glaires dans les toux grassesCalme le nez qui coule Et aussi Antifièvre Action mentale Améliore l’humeur et procure de l’énergie INDICATIONS MAJEURES Toutes les maladies respiratoires, qu’elles soient virales (rhume, grippe) ou bactériennes (bronchite, sinusite, otites…)Toux grasseCONSEILS D’UTILISATIONA respirer * Diffusez dans l’air ambiant, à la maison ou au bureau, notamment en cas d’épidémies (« maladies de l’hiver »).* Faire des inhalations sèches (quelques gouttes pures sur un mouchoir) ou humides (quelques gouttes dans un bol d’eau frémissante). A respirer pendant 10 minutes. A appliquer * Frictionnez la poitrine, le haut du dos, le plexus solaire et la nuque à l’aide de 5 gouttes d’eucalyptus diluées dans 5 gouttes d’huile végétale (de macadamia ou d’amande douce si possible). Autres très bonnes indications Infections cutanées (acné infectée, plaie qui ne guérit pas, blessure qu’on ne parvient pas à assainir…) : Appliquez 1 à 2 gouttes pures sur la zone de peau atteinte.AUTRES UTILISATIONSOn peut faire baisser la fièvre en prenant des bains de pieds : versez dans l’eau chaude 10 gouttes d’eucalyptus diluées dans 1 cuillère à soupe de base pour bain ou du lait.CONTRE-INDICATIONSComme toutes les huiles essentielles, elle est interdite pendant les 3 premiers mois de grossesse. Il ne faut pas non plus l’utiliser durant l’allaitement. En revanche, elle est remarquablement bien tolérée par les enfants, y compris les bébés.

Huile Essentielle Eucalyptus Radié

Indications sommaires:

Nom Latin : Eucalyptus Radié
Huiles essentielles HEBBD (Huiles Essentielles Botaniquement et Biochimiquement Définie)
Famille : Myrtacées
Provenance : Australie
Organe producteur : feuille
Type d’odeur : caractéristique, fraîche, qui « dégage les bronches »
Usages possibles :
A appliquer sur la peau : Oui ++++ (pure sur une petite surface, diluée dans de l’huile végétale en cas d’applications répétées, sur une grande surface ou si la peau est sensible.)
A avaler : Oui +++
A respirer : Oui +++

ON L’APPRECIE PARCE QUE…

Parmi toutes les espèces d’eucalyptus (globulus, citronné…), c’est la seule qui soit recommandée pour les petits, dénuée de toute toxicité, sûre d’emploi et qui n’agresse pas la peau.

PROPRIETES MAJEURES

Antiviral, antibactérien
Soutient le système immunitaire
Décongestionne les voies respiratoires
Expectorante : favorise l’élimination des glaires dans les toux grasses
Calme le nez qui coule

Et aussi
Antifièvre

Action mentale
Améliore l’humeur et procure de l’énergie

INDICATIONS MAJEURES

Toutes les maladies respiratoires, qu’elles soient virales (rhume, grippe) ou bactériennes (bronchite, sinusite, otites…)
Toux grasse


CONSEILS D’UTILISATION

A respirer
* Diffusez dans l’air ambiant, à la maison ou au bureau, notamment en cas d’épidémies (« maladies de l’hiver »).
* Faire des inhalations sèches (quelques gouttes pures sur un mouchoir) ou humides (quelques gouttes dans un bol d’eau frémissante). A respirer pendant 10 minutes.

A appliquer
* Frictionnez la poitrine, le haut du dos, le plexus solaire et la nuque à l’aide de 5 gouttes d’eucalyptus diluées dans 5 gouttes d’huile végétale (de macadamia ou d’amande douce si possible).

Autres très bonnes indications
Infections cutanées (acné infectée, plaie qui ne guérit pas, blessure qu’on ne parvient pas à assainir…) :

Appliquez 1 à 2 gouttes pures sur la zone de peau atteinte.

AUTRES UTILISATIONS

On peut faire baisser la fièvre en prenant des bains de pieds : versez dans l’eau chaude 10 gouttes d’eucalyptus diluées dans 1 cuillère à soupe de base pour bain ou du lait.

CONTRE-INDICATIONS

Comme toutes les huiles essentielles, elle est interdite pendant les 3 premiers mois de grossesse.
Il ne faut pas non plus l’utiliser durant l’allaitement.
En revanche, elle est remarquablement bien tolérée par les enfants, y compris les bébés.

Nº. 1 of  2